dimanche 19 novembre 2017

Qu'est ce qu'un militant ? svt, un escroc

Qu'est -ce qu'un militant? C'est souvent quelqu'un qui est parti d'une prise de conscience de la misère et de l'injustice, a tenté de se battre contre, seul d'abord ou en petit groupe.... jusque là tout va bien... puis a rejoint ou a été recruté par un groupe de 'pro' qui lui ont offert aide ... mais aussi instruction, technique, ligne idéologique, stratégie, et m coaching.. si bien que petit à petit il en est venu à ne plus se battre CONTRE la misère et l'injustice MAIS POUR le parti, le groupe, le chef parfois, ça revient au même non ? Non, pas tjrs....  jusque là ça glisse mais bon, la fin justifie etc... Puis petit à petit il s'est vu formater pour canaliser sa révolte contre CERTAINES misères et injustices et en  occulter voire justifier d'autres peu profitables (selon le.s chefs).. et là ça ne va plus*... Et on peut aussi aller plus loin : il peut être conduit à AGGRAVER OU SUSCITER des misères et injustices -mobilisatrices- afin d'achalander la boutique. Pour ca, il lui faut des œillères. Ms ce n'est pas cher la paire. C'est ainsi que des militants ouvriers de province découvrent la misère des vieux à Paris ... ce que tout le monde SAUF EUX connaît. Paradoxe.
* C'est ainsi qu'un mvt qui se dit égalitaire féministe ne dit pas mot sur un sinistre personnage prémusézinnocent accusé de viols etc... pas ds la ligne.
(Ceci vaut stt pour les partis de gauche et ou engagés humanistes écolos, les autres ne se donnent m plus la peine de cacher qu'ils st là pour le profit et basta..)
 Donc un parti politique de gauche qui prétend vouloir améliorer le sort de certains en réalité se sert d'eux pour se promouvoir, le profit ou du moins celui de ses chefs.

Marie Soph découvre la misère des vieux à Paris

Marie Soph (FI) découvre la misère des vieux à Paris... et se trouve bouleversée ; à Paris,  elle a vu ce que hélas je vois tous les jours où presque, une vieille femme affamée demander des biscuits à un gus. Une femme s'exprimant bien précise-t-elle, surprise, et apparemment bien mise. 70 ans. (Ndlr, mon âge dans 6 mois.) Elle ne veut pas d'argent, juste manger... ''Mais comment peut-on en arriver là, quelle détresse ...'' s'interroge-t-elle. Elle lui donne tout l'argent qu'elle a sur elle, puis prend son métro, l'abandonnant sur le quai. Culpabilité (sonnez le cor, trompette sourde, mode mineur).. c'est une fille sympa. [Avec qui il m'est arrivé de communiquer brièvement et apparemment à sens unique, (comme svt avec les militants qd on est un électron libre et konsaitpastropcekonpeutapporter ou pas.) ]
HL : --- Comment est-ce possible ? Tu rigoles ou tu ne lis pas ? C'est presque mon cas."
---- J'ai 5000 contacts, tu imagines bien que je ne vais pas sur les 5000 murs''
----- Quelle condescendance ma chère! Alors avec 13 millions de vues rien que sur G+, tu imagines aussi je suppose que je ne vais pas me fourvoyer sur ton 'mur' comme tu dis... hé mais si au fait ! qd même.... pas snob je suis. Par ailleurs le coup du cétypadieupossibledetelles zhorreurs, qd on les VIT plus ou moins soi même... est un peu... disons agaçant. Non, triste. Contre productif. On se sent pestiféré. Exclu ms cette fois à la puissance 'n', cad exclu par des pro de l'anti exclusion. Je t'invite tu comprendras. Ou plutôt non.''
Et il y a une suite.. pire.
---- Pourquoi je serais condescendante envers toi  ? Je te connais pas (!) donc je ne te suis pas - c'est tout - par contre que tu vives dans la misère est une horreur absolue et j’en suis désolée.''
(On observe ici dans les 2 phrases le mixte le plus haïssable qui soit., d'un coté le ''je ne te connais pas'' -du reste inexact- cad la mise à distance hautaine -style j'ai autre chose de mieux à foutre-  ET la compassion mode américaine (qui ne mange pas de pain) guimauve larme perlant ''je suis désolée''... 
La grippe peut être qui n'est pas encore finie ? j'en ai presque pleuré.
---- Non ce n'est pas une horreur absolue que de vivre ds la misère, (ça peut presque être un 'choix' si l'on peut dire, un choix nécessaire disons), ce qui l'est, (mais heureusement le cas est rare), c'est L'INDIFFÉRENCE de gens comme toi, je n'entends pas ''indifférence'' au sens ''je m'en fous'' ms pire, je n'ai pas VU, je ne SAVAIS PAS, comment cela est-il possible... (et comme je ne vous connais pas, je ne vois pas... ms je suis désolée c'est une horreur etc...)... (de plus, si ma chère, 'on' se connaît et tu le sais très bien revois tes mp si tu as mauvaise mémoire.) Et at à ta compassion... bref tu as compris la suite...

VOILÀ POURQUOI LES ENGAGÉS QUI SE COUPENT DE TOUTE BASE POSSIBLE NE PEUVENT QU'ÉCHOUER.  CEUX LÀ MÊME POUR QUI ILS SONT CENSÉS SE BATTRE, ILS NE LES CONNAISSENT PAS, N'Y TIENNENT PAS ET LES MÉPRISENT OUVERTEMENT. JE CROIS QUE JE PRÉFÈRE LES VRAIS. Avec ceux-là au moins on n'est pas déçu.

mardi 24 octobre 2017

Mais 68 et l'exploitation des enfants, pédophilie, contre verse

Suite de l'article ... suivant ! Les blogs c'est chiant !

A propos de l'article de Solveig qui rapporte son enfance faite de viols , bouleversant, et d'un commentaire incriminant ''des soixante huitards drogués'' (qu'auraient été ses boureaux) corroboré par un autre plus soft, je bondis. Et j'ai peut être en partie tort. Le fil.
----- Tu écris que tu as  ''ENTENDU des tonnes d'histoires de ce genre''.. (ndlr, de pédophilie, après ou pdt mai 68) ... donc pas directement vues, (tu peux donc être jeune enfin je veux dire bcp plus que moi.) Or moi, ces 'expériences' (mai 68, grèves, manifs...) je les ai  DIRECTEMENT VÉCUES (ASSEZ PEU D'AILLEURS) et c'est complètement différent ... Et jamais, je n'ai vu ''ça'', ni de mon fait ni du fait de potes fort nombreux, ni même entendu parler ! Au contraire même. (Un certain puritanisme était de mise, je trouve, stt chez les anars). Ceci étant, il peut y avoir eu des cas en effet, ms APRÈS, de RÉCUPÉRATIONS, comme tjrs ! de ''ce qui marche à fond''', à des fins de lucre ou de jouissances perverses ou les 2...  Ms on pouvait qd m le discerner et le contrer, j'avoue ss parfois bcp d'efficacité, ex l'Ecole en bateau ou ce genre de trucs où un gus, riche ou plein d'entregent, parfois charismatique, au discours bien rodé, pouvait abuser des gens m en ppe top niveau, qui payaient (fort cher !) pour leur confier leurs enfants. .. qu'ils violaient (et non ''abusaient''.) Je l'ai dénoncé in live à l'époque ds une structure libertaire ou qui se voulait telle où j'ai bossé, qui avait été infiltrée par un type de cette veine, médecin, nettement plus âgé que nous et qui petit à petit a pris toute la place ... ss être suivie je dois dire, ou à peine (je suis partie). Des salopards qui font feu de toutes culottes petit bateau, il y en a partout ... ms il est vrai que la structure par exemple  de l'Ecole en bateau s'y prêtait... Il y a eu aussi le.s cas 'écolo-gourou' retour à la nature proposant...  stages, (cours, produits, puis appartements!) à prix d'or, -une clientèle très friquée- pour ''apprendre à des enfants citadins 16 ième la vie ds la nature,''' (et bosser qd m au défrichage, c'est bien le travail manuel...  puis à la boutique, c'est bien de se colleter à la vie réelle !  etc.. ) ... et viols si affinités ms attention, CONSENTIS ! (une sale histoire -entre autres ? Je ne sais pas- qui n'a jamais été véritablement justiciée ou a minima, et finit très  mal) ... Le ''Corral'' aussi etc etc... Ms ça c'était APRÈS, le fait d'une sorte de vague d'opportunistes affairistes QUI AU DÉPART N'AVAIENT RIEN À VOIR AVEC MAI 68 ms ont très vite vu le créneau  .... à long terme ! (jusqu'à nos jours d'ailleurs) et ont su s'y infiltrer ss se faire repérer. On ne peut éviter, ds un mouvement libertaire (ou m autre) que des salopards flairant le parti à en tirer s'y incrusten et en fassent leur beurre en exploitant maltraitant les autres.. (Et des années après, QUI va se souvenir de qui faisait quoi, de qui étaient ces gens -totalement inconnus- par rapport au mouvement dont ils peuvent éventuellement se réclamer, ouvertement ou de facto? Ce qui permettra en toute bonne foi de mettre ds un m sac en Seine tous les dits ''SOIXANTEHUITARDS'', encore un terme  agaçant, exaspérant, car vague, dénué de sens... qui permet à quelques .... salopards, voire fachos,  de prospérer encore sur ce créneau avec la complicité involontaire de gens plus jeunes qui finissent par tenir les m propos ss s'apercevoir pour qui ils roulent. NON, MAIS 68, DU MOINS DS LE MIDI, CE N'ÉTAIT PAS ''ÇA'' ! Ms ensuite, oui, on a eu quelques cas de gourous pédophiles ou assimilés qui ont glorieusement prospéré à l'abri, pratiquement, de toutes poursuites, du moins pour certains, longtemps, jusqu'à présent. Peut être le hashtag libèrera-t il aussi des victimes, même s'il est trop tard pour que ce soit justicié ... ms c'est qd m important ! ? 

 ---- Je suis, Hélène, née en 1948 j'avais 20 ans en 68  je me souviens de cette ambiance "interdit d interdire" la sexualité avec les enfants (daniel cohn bendit)  je lisais libération chaque jour dont serge july laissait publier les petites annonces pedophiles ... ca me choquait mais j'étais la seule apparemment. je l' ai vécu en directe mais j'ai pas senti de puritanisme.... mais bien cette ambiance ou tous osaient se lâcher tous azimuts, c'était à la mode....!!! 

---- Je suis aussi née en 68... euh,  48,  Virgile ! et ce que tu dis m'interpelle +++: car je ne l'ai tout simplement pas VU ! Plusieurs raisons à celà : 1 ma bêtise indécrottable ( je suis issue d'une mère communiste un peu fana par moments, traumatisée de la guerre, qui m'avait formatée modèle tank sans fenêtres, que j'aurais ensuite repris avec d'autres engagements différents voire opposés). 2 j'étais à Montpellier et je ne lisais pas ou pas régulièrement Libération... et pour te donner une idée de la bonne femme, je m'étais au départ inscrite en faux assez fort ! contre le mouvement (bourgeois, qui allait peser sur les enfants du peuple dont je me revendiquais avec un tout petit peu de mauvaise foi, juste un peu, qui allaient ainsi rater leurs examens etc...) moi qui avais conquis le droit d'étudier de haute lutte, au péril de ma vie ,  et qui ne voulais pas lâcher le morceau. Donc au début je n'ai pas participé volontairement. Ça tombait bien, j'étais amoureuse, ns formions avec J, lui aussi un rescapé (de 'non études' disons) un couple uni qui se découvrait et vivait en vase clos presque sans sortir ! Pour moi j'ai considéré les événements comme l'occasion de prendre un peu de vacances bien méritées ...  Et puis ce fut le coup de foudre éidétique...un peu tardif ! QUI m'a débouchée d'années de stalinisme accumulées et solidifiées sur mon crâne m à seulement 20 ans ? Euh.... j'ai honte, tant pis, Cohn Bendit ('Le gauchisme, maladie sénile du communisme' !) Mais c'était trop tard. Il m'est donc resté, et on arrive au point 3 : le beruf de loyauté envers la révolution éidétique qui s'opéra en moi, libératrice, définitive, ce beruf que j'avais au départ axé  CONTRE le mouvement, fidèle alors plus ou moins au PC de Lydie  (pas totalement qd m, l'ambiance : mecs qui pensent et nanas qui recopient et tirent les tracts à la ronéo à alcool -ÉPUISANT!- ou diffent à 5 h du mat devant les usines m'avait tout de m fait prendre de la distance)....  du coup, je me suis lancée par culpabilité d'avoir si peu agi qd il le fallait vers les mvt anar voire au départ... spontex ! (les 'mao' activistes dissidents des ML 'normaux' tristounets ++++) encore un moyen terme idiot, comme si quelque part je n'avais pas totalement renoncé au stalinisme... puis donc, anar, mon véritable engagement, et enfin, après une histoire horrible dt je parlerai sous peu, version uniquement FÉMINISTE.
Ce que tu dis m'interpelle ++++ parce que ça montre comment on peut ne pas avoir VU, réellement, les choses de la m manière, et pour moi, carrément pas VUES tout court, selon nos lunettes ou oeillères idéologiques... ou tout simplement lieux de nidification, rappelons (je le dis pour tous, toi tu le sais étant de mon âge) que le net n'existait pas, le téléphone, à peine, et que pour aller de Montpellier à St. Machin,  il fallait la journée avec les transports en commun !
Je me suis rachetée ensuite et rétablie intellectuellement, et j'ai donc VU, dans le lycée parallèle où j'ai bossé un temps, ce que je décris ds mon article, et protesté ++++, ms en vain, on m'a traité de petite bourgeoise mal baisée, enfin je simplifie et j'ai finalement abandonné toute activité politique extérieure, sauf féministe et encore....  mais pas l'activité idéologique que mon travail de prof auteure m'a permis d'exercer.
Ouf j'ai fini. Désolée d'avoir été bavarde ms c'est bigrement intéressant d'être théoriquement soi disant sagace intellectuellement ... et d'avoir, disons ? un an ? laissé passé 'ça' ss le voir. Et quasiment occulté l'affaire m maintenant, si tu n'avais pas relevé le gant à juste titre, et merci ! (Ms je maintiens que cela dépendait aussi des lieux et que peut-être le Midi n'était pas Paris ? Note tt de m que les gens que je dénonce ds mon article étaient pour la plupart des parisiens ou assimilés qui avaient saisi le créneau et étaient venus s'installer chez 'nous' après avoir acheté pour des clopinettes des maisons et terres qu'ils ont rentabilisées +++++ ainsi - écolo, stage, art parfois, éducation.. sur fond parfois de pédophilie ou d'exploitation d'enfants quasi OUVERTEMENT.) Note encore, décidément je vide mon sac ! que  la DDASS a svt été complice de ces affaires  soit par laxisme, en ne venant pas contrôler, soit par corruption, par des pro qui n'en ignoraient rien ms en bénéficiaient. Anita ( voir 'Le complexe de Stockholm') qui l'avait subi +++ l'avait dénoncé x fois, et fortissimo et personne n'a réagi. Qd je lui ai demandé si elle se plaisait ds le 'lieu de vie' où elle avait été placée après x fugues, errances, petites délinquances, elle m'a répondu, je cite ''Oh, ça va, ils ne me donnent pas assez à bouffer c'est sûr ms NE ME VIOLENT PAS, c'est déjà ça'.... et ceci SANS LA MOINDRE IRONIE. Quand j'en ai parlé (comme elle !) PARTOUT, on m'a rétorqué qu'elle était malade psychique et sa parole délirante. Peut être parfois, ms où est la cause où est l'effet ?
J'ajoute et cela intéressera Corinne que ces placements abusifs (ou pas?) en des 'lieux de vie' ( reculés, toujours! ds la montagne cévenole par ex ici) et presque ss contrôle parfois étaient facturés au prix d'un hôpital de jour, énorme !  Payé aux familles d'accueil .... ce qui laisse imaginer toutes les dérives possibles indépendemment de toute affaire autre. Un pactole énorme, inépuisable.

lundi 23 octobre 2017

Défense de Mai 68

Défense de Mai 68. Suite à un article bouleversant de Solveig qui parle de son enfance et des viols multiples qu'elle et stt sa soeur ont subis, avant qu'elle ne fuie à 14 ans (lien en fin de texte). Un commentaire soudain me fait bondir. Suivi d'un autre plus nuancé. 
-----  Des tarés de soixante huitards pervers et drogués ...
------ Hélas classique dans des milieux "libertaires"- libertins"...
----- Hé ! Libertaire n'égale pas libertin, ils s'opposent ... (Les libertins, branchés cul, au 18 ième où est né le terme, prônaient la jouissance physique ss entraves y compris violente ou perverse cf Sade et l'athéisme ... Les libertaires sont des anar, svt c'est un autre terme pour désigner le mouvement, de divers courants certes ms en ppe pas des marrants. Confondre libertaire et libertin c'est confondre Che Guevara avec DSK.)
----- Ils devraient s'opposer mais ce n'est pas le cas dans la "pratique" (si je puis dire !🤨 ) Malheureusement, j'ai entendu des tonnes d'histoires de ce type, justifiées dans les années 70 par la libération sexuelle dans des milieux politiques de gauche ou d'extrême gauche. Ca commence avec "Interdit d'interdire" et ça termine avec des gamines en gang bang, mais pour leur bien quoi... L'horreur absolue.... Hélas...
---- Tu écris que tu as ''ENTENDU des tonnes d'histoires de ce genre''.. (ndlr, de pédophilie, après ou pdt mai 68) ... donc pas directement vues. Or moi, ces 'expériences' (mai 68, grèves, manifs...) je les ai  DIRECTEMENT VÉCUES (assez peu d'ailleurs) et c'est complètement différent ... Et jamais, je n'ai vu ''ça'', ni de mon fait ni du fait de potes fort nombreux, ni même n'en ai entendu parler ! Au contraire même. (Un certain puritanisme était de mise, je trouve, stt chez les anars). Ceci étant, il peut y avoir eu des cas en effet, ms APRÈS, de RÉCUPÉRATIONS, comme tjrs ! de ''ce qui marche à fond''', à des fins de lucre, de jouissances perverses ou les 2...  Ms on pouvait qd m le discerner et le contrer, j'avoue ss parfois bcp d'efficacité, exemple l'Ecole en bateau ou ce genre de ''structures'' où un gus, riche ou plein d'entregent, parfois charismatique, au discours bien rodé, pouvait abuser des gens m en ppe top niveau, friqués, qui payaient (fort cher !) pour leur confier leurs enfants... qu'ils violaient (et non ''abusaient''.) Je l'ai dénoncé in live à l'époque ds une structure libertaire ou qui se voulait telle où j'ai bossé un temps, qui avait été infiltrée par un type de cette veine, médecin, nettement plus âgé que nous et qui petit à petit avait pris toute la place ... ss être suivie je dois dire, ou à peine (finalement je suis partie). Des salopards qui font feu de toutes culottes petit bateau, il y en a partout ... ms il est vrai que la structure par exemple de l'Ecole en bateau ou toutes structure libertaire MAL COMPRISE s'y prêtait... Il y a eu aussi le.s cas 'écolo-gourou' retour à la nature proposant...  stages, (cours, produits, puis appartements!) à prix d'or, -une clientèle très friquée, toujours!- pour ''apprendre à des enfants citadins style 16 ième la vie ds la nature,''', saine, équilibrée (et bosser qd m au défrichage, c'est bien le travail manuel...  puis à la boutique, c'est bien de se colleter à la vie réelle ! etc.. ) ... et viols si affinités ms attention, CONSENTIS, m à 13 ans ! (une sale histoire -entre autres ? Je ne sais pas- qui n'a jamais été véritablement justiciée ou a minima, et finit très  mal) ... Le ''Corral'' aussi etc etc... Ms ça, redite, c'était, APRÈS, le fait d'une vague d'opportunistes affairistes QUI AU DÉPART N'AVAIENT RIEN À VOIR AVEC MAI 68 ms ont très vite flairé le créneau  .... à long terme ! (jusqu'à nos jours d'ailleurs) et ont su s'y infiltrer ss se faire (trop) repérer. On ne peut éviter, ds un mouvement libertaire (ou m autre) que des salopards flairant le parti à en tirer s'y incrustent et y fassent leur beurre en exploitant, maltraitant les autres.. Et des années après, QUI va se souvenir de qui faisait quoi, de qui étaient ces gens -totalement inconnus- par rapport au mouvement dont ils peuvent éventuellement se réclamer, ouvertement ou de facto? Ce qui permettra en toute bonne foi de mettre ds un m sac en Seine tous les dits ''SOIXANTEHUITARDS'', encore un terme  agaçant, exaspérant m, car vague, dénué de sens... qui permet à quelques .... salopards, voire fachos, de prospérer encore sur ce créneau avec la complicité involontaire de gens plus jeunes qui finissent par tenir les m propos ss s'apercevoir pour qui ils roulent. NON, MAIS 68, DU MOINS DS LE MIDI, CE QUE J'AI CONNU, CE N'ÉTAIT PAS ''ÇA'' ! Ms ensuite, oui, on a eu quelques cas de gourous pédophiles ou assimilés qui ont glorieusement prospéré à l'abri, pratiquement, de toutes poursuites, du moins pour certains, longtemps, jusqu'à présent. Peut être le hashtag libèrera-t il aussi des victimes, même s'il est trop tard pour que ce soit justicié ... ms c'est qd m important ! ?
https://m.facebook.com/story.php?story_fbid=1592725090766357&id=100000866443549

mardi 17 octobre 2017

Les féministes de frime ! vive la débâcle !

L'embâcle des rescapées que TOUTES ns sommes...
A propos de ''balance ton agresseur', (je dirais plutôt 'balance ton AGRESSION') toutes les femmes, je dis bien TOUTES et d'autant plus que nous sommes âgées, nous avons de lourds ... comment dire ? demi secrets sur le coeur, notez que je n'ai pas dit sur la conscience, ce qui est tt à fait différent (ms ns en avons aussi évidemment, hélas, on peut être cul de jatte et enrhumé ). Des histoires infinies dt on NE PARLE JAMAIS (car elles ne sont pas censées arriver à des gens de bien comme vous) où ''ce n'est pas passé loin'' ... (sauf peut être quelque princesse ou fille de richissimes qui ont toujours eu des suivantes et gardes du corps et encore !) Dix, vingt fois, cent dit l'une de nous, oui... ô pas de 'vraies' agressions parfois, on ne sait le qualifier, ce gus qui vs a suivie au bois et qui vs a sussuré des horreurs bite à l'air au moment de vs dépasser... celui ds le car Pascal, ça dira quelque chose à certains, ces vieux cars aux dossiers si hauts, qui vous a pincée et s'apprêtait à aller en vous avec ses doigts lorsqu'enfin vous avez vu le 'papier collant', Lydie m'avait dit 'tu ne te lèves que lorsque tu as en vue le papier collant' et j'attendais avec impatience..  (aucun traumatisme,  Marguerite m'a prise en mains tout de suite, a couru téléphoner aux gendarmes, une expédition en 51, est revenue et m'a superbement débriefée, d'ailleurs je n'étais pas du tout inquiète car j'ignorais à quoi j'avais échappé et le sens de ce truc rose qui grossissait sur lequel il voulait absolument que je pose la main ou la bouche, ce à quoi je me refusais radicalement, j'ai crié, il n'a pas insisté ms c'est alors qu'il m'a palpée puis pincée ..) .... cette fois sur l'autoroute, là ce n'est en effet pas passé loin, vivent mes réflexes de militante bien entraînée etc etc....  et ça, on l'a en nous, ça nous a forgées, fabriquées, avec nos forces et nos lacunes parfois dramatiques, et ça, on n'en parle pas, le sexe est ... disons n'est pas un sujet facile m s'il est de moins en moins tabou. Avouer .... on peut en rire, c'est le choix que j'ai fait, mais pas simple, ma trouille devant la dimension de l'engin du gus du bois (récent ) ... un anormal je pense...  ou (là j'avais 21 ans) ma peur, non ma terreur sur l'autoroute (même sauvée mais ds la bagarre, une bagarre je crois bien, À MORT! que je ne pouvais pas gagner... et que j'ai gagnée pourtant, du moins le temps de sortir de l'aire de repos vide et d'atteindre la route où je me suis mise au milieu de la voie de droite les bras en l'air ! mes sphincters avaient lâché) etc... idem pour le chauffeur de taxi  (qui n'en était pas un) etc.... bref qu'il s'agisse d'agresseurs identifiés ou comme ici occasionnels, opportunistes, ON SE TAIT.

La société nous 'apprend', nous persuade ainsi que ça n'arrive qu'à vous et à la limite de votre fait : les bons conseils ne manquent pas, (de pervers ou juste naïfs, style Marie Antoinette) : quelle idée de faire du stop quand il y a si bons trains, de fréquenter un arabe quand il y a de si beaux français, d'aller au bois à 7 heures quand c'est tellement plus agréable ds la journée , de rouler avec une voiture en si piètre état surtout sur ces routes désertes, d'avoir quitté un si bon mari, si riche, pour vivre seule ds un mas isolé etc.... je cite au hasard... si bien qu'on le croit plus ou moins... à demi, et on se tait. Non, il faut le dire, le crier si nécessaire : LE ROI EST NU. Et ça libère comme si on vs enlevait une chappe de plomb de la poitrine.

On ns fait peur pour qu'on la ferme. C'est tout. Qu'on ne se batte pas. Pire : on ns propose des solutions dont on sait L'INEFFICIENCE voire pire, qu'elles vont AGGRAVER le trauma (''mais allez porter plainte, voyons''.)
Et ici un post ou deux se sont montrés particulièrement pervers (sous couvert de féminisme, style ''ta gueule et prends note de la manière dont tu dois user pour t'en sortir''.) On a donc légitimement peur du tavéka, du cétafot, du DELADIGNITÉ, voyons PASDEDÉFOULEMENT, de DÉBÂCLE, de bonde lâchant DE L'ORDURE PUANTE (s'il vous plaît les femelles) ? Ou pire du ''tu l'as bien voulu, ça t'a bien aidé ds ta carrière alors ne joue pas les pucelles'' qui a été récemment  assené à Tipi Hendren, la lumineuse, qui dénonçait ce s en bouteille de perrier de Hitchcock... Ou pire encore 'quelle lâcheté d'attendre autant, voyons quand c'était si simple de porter plainte, les juges sont là pour ça, non, ainsi Moije... (style Marie Antoinette)... (sous entendu 'elle veut se faire de la pub.. ou du fric'... ) Insultant la victime qui ainsi sera DEUX fois victimisée. 

Toujours le dilemme ! qd vous êtes faible, et sur le coup vs l'êtes, ils ne s'attaquent pas à plus fortes, vous ne pouvez rien dire, les représailles peuvent être atroces et pas forcement sur vous (cf cette femme qui a été brûlée vive après une émission de télé réalité en Espagne où elle dénonçait son ex mari ) ... et qd vs êtes fortes, si toutefois vs vs en êtes tirée, cas rare, alors l'agresseur et ses séides svt DES CONFRÈRES QUI SENTENT LE VENT DU BOULET ! vont crier à l'abus de faiblesse, la lâcheté voire vénalité de la victime, le victimeur étant devenu entre temps un vieux monsieur d'autant plus insoupçonnable qu'il est âgé, malade, pitoyable (parfois il en joue comme Pinochet) et c'est si loin tout ça. Gagné !

Mais qu'on se taise aussi dans le cas d'un agresseur inidentifié montre que c'est bien également une question de gêne voire de honte personnelle et pas seulement de peur de l'agresseur ou du désir de sauver les apparence si celui-ci est un proche.. (ou de peur d'une tierce personne qui soutient l'agresseur, voir le cas Léna dans ''le syndrome de Stockholm''.)

Alors je veux dire ceci : C'EST AUX VICTIMES ICI DES FEMMES DE DÉCIDER DE CE QU'ELLES VONT ET DOIVENT FAIRE POUR 1 SE LIBÉRER 2 LIBÉRER D'AUTRES ET NOUS N'AVONS DE LEÇON À RECEVOIR DE PERSONNE SUR CE COUP. LES TERMES COMME DÉBACLES SONT IMPROPRES ET MÉRITENT UN EMBACLE comme celui ci.

lundi 16 octobre 2017

Un homme féministe, splendeur et limites

A propos de l'appel de femmes à dénoncer les violences notamment sexuelles (agressions, viols) sur le net avec les noms des agresseurs ou non. Un homme emmerdes quelques réticences. Zut, pas fait exprès, émet. Suivi de beaucoup. Des femmes en majorité. Quelques morceaux.

----- ''Je suis vraiment sceptique sur la méthode. Il m'est arrivé d'être concernée par la violence masculine, j'ai porté plainte chaque fois et, une fois, j'ai obtenu gain de cause, à savoir que le coupable a été puni. Si vous n'engagez pas les femmes à porter plainte, à quoi sert ce buzz sinon à se faire plaisir, en prenant quand même le risque d'une plainte en diffamation??''

----  Vous avez porté plainte ? vous avez PU, et m, une fois, gagné ? Alors vous êtes ou très riche, ou avocate, ou Rachida Dati ou le mouton à 5 pattes ou pardon, stipendiése sur ce coup par quelqu'instance qui sent le roussi en ce moment.

---- Helene Larrivé non, j'étais mineure, mon agresseur aussi, je l'ai reconnu dans la rue et je l'ai fait arrêter.

----- Une belle histoire, ms pas courante. Je soutiens par principe la démarche de ces femmes, y compris si elle est anonyme ou quasiment anonyme car parfois le violeur ou agresseur a très bien compris, lui, et... il serre les fesses,  et c'est bien, surtout s'il s'agit d'une légume important. Et c'est svt le cas d'où la peur.

---- Les dénonciations nominatives peuvent être très graves.

---- Les silences nominatifs peuvent aussi être très graves. Ami, tu vois, et je suis un peu amère de le découvrir,  car tu me semblais une exception extraordinaire qui me réconciliait avec ...plein de choses... ms c'est exactement là qu'on voit la différence entre un HOMME féministe et une FEMME tout court (même pas particulièrement féministe) : ce que tu écris sans retenue et qui sera repris plus grossièrement encore par d'autres (ce dont tu dois bien te douter).. (des femmes parfois) à savoir que cet appel à la dénonciation sur le net par des femmes de leur violeur ou agresseur, -nominalement ou non- ... est ou va devenir un misérable défouloir d'anonymes courageusement planquées dernière leur ordi.. certainement mytho du reste car c'était si simple de porter plainte (!) ce qu'elles se sont bien gardées de faire, et du reste c'est nauséabond, ça rappelle des horreurs...  type dénonciations de juifs en 40, ô ce n'est pas dit ouvertement, c'est pire, largement sous entendu sur un com, (comparer un violeur à un proscrit résistant, quelle honte) ... bref tout ceci, je l'avais entrevu (le coup des juifs mis à part) en une seconde puis je m'étais dit, ça va chauffer... mais au fond, c'est bien qu'enfin la HONTE CHANGE DE CAMP et j'ai comme on dit 'liké' ... quand toi tu es resté sur le principe (dénonciation= caca) sans voir qu'en aucun cas il ne pouvait s'appliquer ici ... et pire, que c'était toi qui avais lancé la boue en prétendant t'en prémunir et en prémunir d'autres .. tout ça dans la bonne tradition de la presse people (style 'non non et non, la duchesse Machin ne ressemble pas du tout à un porc, c'est scandaleux de le dire' etc...) Pour une fois que des femmes ont le courage au bout de ? des années parfois, lever l'omerta, shlakkk dans les pattes... et les pétoncles de suivre...  oui oui oui cépabodecafter zavéka. J'arrête là ce fil dont je suis certaine à présent que nauséabond, oui, il va le devenir... par ton fait et je reprends mes billes. Oui, un mec vraiment féministe c'était trop beau.

---- C'est du Angot? (Une débarquée qui n'a apparemment jamais publié ss doute issue de la garde Prétorienne du pote ou qui se la joue telle, qui poste sans rapport, autre déception, je réponds en lui donnant les renseignements sur les TGV. )

Note
 Qd les mecs se la jouent féministe sincère ou controuvés, ils adorent faire se battre les f entre elles car il est mal séant pour eux de ferrailler contre une f, on est féministe merdalors.